dim. Juin 13th, 2021

Que contient un contrat de travail et pourquoi ?

La plupart des gens travaillent sans contrat de travail écrit parce qu’ils n’en ont pas besoin – il n’y a aucun intérêt à rédiger un contrat lorsque l’accord est l’échange habituel de services contre un salaire bihebdomadaire et des avantages standard. Cependant, lorsque l’accord diffère de la relation classique de « l’emploi à volonté », l’une des parties ou les deux peuvent vouloir un accord écrit.

Pourquoi un contrat de travail ?

Comme la plupart des gens n’ont jamais conclu de contrat de travail écrit, il n’est pas surprenant qu’ils ne comprennent pas le fonctionnement de ces accords et qu’ils soient encore moins nombreux à savoir comment en négocier un. Les contrats de travail suivent généralement un format standard, avec des clauses choisies ou modifiées pour refléter l’intention des parties. L’avocat de l’employeur prépare généralement le contrat, que l’employé présente ensuite à un avocat pour qu’il l’examine. Que les discussions qui s’ensuivent se déroulent entre les parties ou entre les avocats, un sens réaliste de ce qu’est le « marché » est essentiel pour l’avenir de la relation de travail.

Afin de favoriser le bon déroulement des négociations entre employeurs et employés, voici une explication détaillée des termes de base d’un contrat de travail écrit. Vous pouvez connaitre davantage en cliquant ici.

L’emploi

Il est conventionnel, mais pas juridiquement nécessaire, de préciser brièvement la fonction dans laquelle l’employé est. L’employeur peut vouloir préciser qu’il conserve la possibilité de changer le poste du salarié, en indiquant : « Le cadre occupera le poste de vice-président du marketing ou tout autre poste que la société pourra lui attribuer. » L’employé, quant à lui, peut vouloir s’assurer qu’il conserve le niveau de responsabilité auquel il est embauché et peut même chercher à préserver un lien hiérarchique qui l’empêchera d’être « hiérarchisé » à l’avenir. Par conséquent, il contre-proposera une formulation telle que : « Le cadre sera vice-président du marketing de la société et rendra compte directement au directeur général. » Parfois, il vaut la peine de préciser que l’emploi est à temps plein et que l’employé ne s’engagera pas dans d’autres activités commerciales. À l’inverse, si l’employé prévoit de poursuivre d’autres activités, il est conseillé de réserver ce droit dans l’accord pour éviter tout malentendu futur.

La durée

Le cœur d’un contrat de travail est la clause de durée – combien de temps durera l’emploi promis ? Les accords les plus courants sont d’une durée d’un an et de trois ans ; la durée de cinq ans est plus courante en Europe qu’aux États-Unis. Les accords plus courts, en particulier ceux d’une durée d’un an, comportent souvent une clause de « perpétuation » qui renouvelle automatiquement le contrat d’année en année, sauf si l’une des parties notifie son intention de ne pas le renouveler. Si un contrat de travail n’est pas renouvelé, l’emploi se poursuit généralement sur la base du volontariat. Certains contrats n’ont pas non plus de durée fixe, mais prévoient plutôt des indemnités de préavis ou de licenciement lorsque l’emploi prend fin.

C’est une grave erreur de penser que, simplement parce qu’un contrat prévoit une durée d’emploi fixe, l’une ou l’autre partie est tenue de poursuivre la relation pendant toute cette période. Les avocats de première année apprennent dans leurs cours sur les contrats que « les contrats de services personnels ne sont pas spécifiquement exécutoires », ce qui signifie que si un employé démissionne, même après avoir signé un contrat de cinq ans, l’employeur ne peut rien faire ; aucun tribunal n’ordonnera à l’employé de continuer à travailler pour lui, et l’employeur ne peut pas non plus percevoir de dommages-intérêts auprès de l’employé pour avoir refusé de travailler.

La législation salariale de l’État exige toutefois que l’employeur verse l’intégralité du salaire à l’employé jusqu’au dernier jour de travail, même si l’employé démissionne sans préavis. La seule chose que l’employeur puisse faire, et cela est soumis à d’importantes restrictions, est d’essayer de limiter le droit de l’employé d’aller travailler pour la concurrence.

Tout comme l’employeur ne peut pas utiliser un contrat pour forcer l’employé à travailler, le contrat de l’employé ne garantit pas l’emploi pour toute la durée du contrat. Même un employé ayant un contrat de cinq ans peut être licencié pour n’importe quelle raison ou sans raison à tout moment, mais s’il est licencié, il doit être payé. C’est l’essence même de l’accord que représente un contrat de travail.

L’accord le plus simple est que, si l’employeur licencie l’employé avant la fin de la durée du contrat, autrement que « pour cause », il doit verser à l’employé sa rémunération pour le reste du contrat. Cet accord de base est souvent modifié par des dispositions contractuelles qui précisent la durée et le montant de la rémunération de l’employé.

1 thought on “Que contient un contrat de travail et pourquoi ?

Laisser un commentaire